Thèse de Julien Canquelain


Sujet :
Extension des dépendances de données aux flux et aux services

Résumé :

Les dépendances des données du modèle relationnel (ou contraintes d'intégrité) sont à la base de la théorie de la conception des bases de données et ont eu des conséquences pratique tout à fait remarquable. Les dépendances les plus connues sont les dépendances fonctionnelles, multivaluées et d'inclusion. De nombreuses classes plus générales ont été proposées comme par exemple les dépendances génératrices de tuples (TGD) afin d'étendre leur expressivité et d'en offrir une vision unifiée. Ces dépendances ont pour objectif de capturer des contraintes que doivent respecter les données dites conventionnelles.

Avec l'arrivée du Web et la démocratisation de l'accès et de la production de données, les applications ne manipulent plus uniquement des données stockées sur des disques durs. Elles peuvent nécessiter d'intégrer des données dites non classiques comme par exemple les flux (e.g. issus de capteurs) et les services disponibles dans l'environnement (e.g. envoyer un SMS à une personne en utilisant une messagerie instantanée).

Le cadre des dépendances sur les données conventionnelles n'est donc plus suffisant pour capturer les contraintes de ces nouvelles applications.

Dans le cadre du projet SoCQ du LIRIS, nous avons proposé une extension de l'algèbre relationnelle permettant de manipuler les données, les flux et les services d'une manière unifiée. Cela a naturellement des conséquences sur les langages de requêtes mais aussi sur la façon dont la partie données - prise au sens large - des applications doit être conçue.

Ce sujet de thèse s'inscrit dans le projet SoCQ et s'intéressera à l'extension des dépendances classiques dans un contexte de modélisation où nous avons non seulement des données mais aussi des flux et des services à intégrer.


Encadrant : Jean-Marc Petit