Modifier la page  

Ipri - Online News : Between Pluralism and Redundancy

The Ipri research project was supported by a grant from the Agence Nationale de la Recherche (ANR-09-JCJC-0125-01).

Coordination : F. Rebillard (CIM - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)


Main objectives and results


Assessing the degree of online news' diversity.

Pluralism is a major issue in democratic societies. It largely depends on the ability of media to support several views and voices. Concerning online media, some public reports claimed that pluralism would arise from the multiplicity of information sources available on the web. However, scholars remarked that multiple areas of web publishing (news websites from traditional media, blogs, Internet pure players, participatory journalism websites, portals, aggregators) could promote pluralism as well as a certain redundancy of information. The relationship between abundance and diversity of information is at stake and drives many works all over the world through the following research question: "More is Less ?". The Ipri project strived to test this hypothesis in France, by deploying a large-scale study partly based on the emerging tools of digital methods.

A both quantitative and qualitative analysis of online news, from production to circulation.

Based on a sample of 209 websites, very close to the total population of French news websites, a quantitative content analysis was combined with a more qualitative discourse analysis. The quantitative component of this analysis (37 569 articles published in March 2011) was used to determine the levels of variety (number of topics discussed) and balance (share of each topic within the corpus of articles) of news on the web. It was completed by an analysis of the disparity of journalistic treatment upon a same topic. These indicators of "diversity as sent" on the web have been supplemented by an analysis of "diversity as received" including the audience of each site and the flow of news on a social networking site (Twitter). The socioeconomic constraints of online newsmaking were also taken into accounts so as to enlight the results of the content analysis. Finally, the Ipri project aimed at comparing the diversity of online news to that of mass media by conducting an analysis of TV news.

Main results

Editorial diversity seems to be significant, with websites addressing hundreds of topics each day. However, this diversity is unevenly distributed: a few major topics emerge, while many others remain isolated in the meanders of the web. Each website’s contribution to this dual trend reveals a gap within the online news field, between the media mainstream held by infomediaries (portals, aggregators) and conventional online media on the one hand, and the editorial originality brought by blogs and Internet pure players on the other. The latter provide a more subjective journalistic treatment, notably opposed to the professional norms of TV news. All of them nevertheless converge around a dominant media agenda, which itself partly feeds the sharing and discussion of news items on Twitter.

Scientific production

The results of the Ipri project were published in top-ranked scientific journals in the field. In addition, the international conference held at the end of the project, as well as its related publication, contribute to import foreign works about media diversity in France. They are able to help public policies and to inform professionals and citizens. Finally, the partnership around the Transmedia Observatory project can provide an adequate extension to this research.

Ipri - Internet, Pluralisme et Redondance de l’Information

Programme bénéficiant d'une aide de l'Agence Nationale de la recherche pour la période 2009-2012 (Référence ANR-09-JCJC-0125-01b)

Coordination : F. Rebillard (CIM - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)


Objectifs et résultats principaux


Évaluer le degré de diversité de l'information en ligne

La question du pluralisme de l’information est essentielle dans les sociétés démocratiques dès lors que l’on considère les médias comme des moyens d’expression et d’échange entre diverses opinions. Concernant l'information en ligne, plusieurs rapports publics ont considéré que le pluralisme découlait de la multiplicité des sources d’information disponibles. Or, plusieurs recherches ont signalé que la multiplicité des espaces web de publication (médias traditionnels en ligne, blogs, sites pure players et/ou de journalisme participatif, portails, agrégateurs) pouvait favoriser le pluralisme autant qu’une certaine redondance des informations. La question posée est alors celle de la relation entre abondance et diversité de l'information. Synthétisée par la formule « More is Less ? », elle a animé plusieurs études à l'international. Le présent projet Ipri s'est évertué à valider ou infirmer empiriquement cette hypothèse dans le cas de la France. Ceci en déployant une analyse à l'envergure jusqu'ici inédite, reposant pour une part sur l'outillage émergent des méthodes numériques (digital methods).

Une analyse à la fois quantitative et qualitative de l'information en ligne, de sa production et de sa circulation

Sur la base d’un échantillon de 209 sites web, très proche de la population totale des sites français d'information générale et politique, une analyse de contenu quantitative et en partie automatisée a été combinée avec une analyse de discours plus qualitative. La composante quantitative de cette analyse (37 569 articles publiés en mars 2011) a permis de déterminer les niveaux de variété (nombre de sujets d'actualité abordés) et d'équilibre (part de chaque sujet au sein du corpus d'articles) de l'information sur le web. Elle a été complétée par une analyse du niveau de disparité journalistique (mode de traitement) d'un même sujet. Ces indicateurs du pluralisme de l’information « offert » sur le web ont été complétés par une analyse du pluralisme « consommé », en évaluant l'audience de chaque site et la circulation des informations sur les réseaux socionumériques (Twitter dans le cas présent), ainsi que par une prise en compte des modalités socioéconomiques de production. Plus globalement, afin de ne pas s'en tenir à une évaluation du pluralisme de l'information en ligne dans l'absolu, une comparaison a été opérée avec l'offre d'information à la télévision, principal média de masse.

Résultats majeurs

Le web présente une grande variété éditoriale (centaines de sujets abordés) et en même temps une concentration de l'information (quelques sujets ultra-médiatisés face à une multitude de sujets isolés). Une telle dualité résulte d'une césure entre sites professionnels (médias en ligne, infomédiaires) et sites amateurs ou à visée participative (blogs et sites natifs de l'internet). Ces derniers, aux modes de production originaux, offrent un traitement plus subjectif qui distingue le web de la télévision. Tous deux se rejoignent néanmoins autour d'un agenda médiatique dominant, lui-même orientant en partie les échanges autour de l'actualité sur Twitter.

Production scientifique

Les résultats obtenus ont été publiés dans des revues scientifiques de premier plan dans le domaine de l'internet. Par ailleurs, le colloque de fin de projet ainsi que la publication afférente contribuent à importer, en France, des recherches étrangères sur le pluralisme de l'information. Elles sont aptes à éclairer l’action des pouvoirs publics, ainsi qu’à renseigner les professionnels et les citoyens. Enfin, le partenariat établi autour du projet d'Observatoire Transmedia permet d'offrir un prolongement adéquat à la présente recherche.